Journal Employés Cadres général, Tracts et Affiches

« LA RELANCE DE L’INDUSTRIE EST SANITAIRE ! » – extrait du JEC n°47

En 2008, nous avons connu le fauteuil de relaxation qui provoquait des allergies cutanées, vendu chez Conforama.

Dans la presse et sur le net, apparaissaient des photos de dos rouges vifs… les victimes ont dû connaître un véritable moment de relaxation.

 

Quelques mois après, c’était au tour de GEMO de défrayer la chronique avec ses chaussures qui présentaient les mêmes risques. Les pieds étaient rouges, boursouflés, horribles. Pour mémoire, un extrait du Nouvel Observateur du 27/01/2009 :

« Les magasins GEMO sont en train de procéder au rappel de 4 600 paires de ballerines, suite à l’hospitalisation en urgence de Jamilla Skoudy une cliente à Compiègne » (voir son témoignage ci-dessous).

« J’ai été hospitalisée une semaine au CHU de Compiègne début janvier. Il y avait une autre femme qui avait eu exactement le même problème que moi, avec des chaussures made in China, et achetées dans un autre magasin que le Gemo où je suis allée ! ».

Les analyses des chaussures de Jamilla Skoudy réalisées par la DGCCRF ont en tout cas été formelles : elles contenaient bien du DMF (Diméthylformamide). Laurence Pailloux, responsable juridique du groupe Eram (Gemo, France Arno, Eram, Bocage…) nous confirme : « Nous avons aussi procédé au rappel de 14 autres références, soit 20 000 paires, où nous avions trouvé des traces de DMF ».

 

En 2010, dans un article de Marianne « Textile et cuir venus d’Asie : chics, pas chers et toxiques« , il était dénoncé :

« Ainsi, dans l’entrepôt central de la marque H&M, sur le Port de Hambourg, 70 % des employés se plaignent de douleurs pouvant résulter d’un empoisonnement lié aux produits qu’ils manipulent. Ou cette employée de la marque Esprit, dont le travail consistait à repasser les jeans tout juste sortis des containers, qui souffre aujourd’hui de graves problèmes respiratoires, vraisemblablement liés au dichlorométhane (l’un des solvants les plus irritants qui soit), présent dans ces jeans fabriqués en Asie ».

 

OUF ! Avec de tels problèmes et aussi bien médiatisés, la prise de conscience est générale, de la fabrication à la clientèle. Le contraire serait impensable…

 

Cet été, c’est une gifle que nous prenons en regardant l’excellent reportage nommé « Du poison dans nos vêtements« .

Cette fois, ce n’est plus que les discounters et autres grandes chaînes qui sont montrés du doigt. Il n’y a pas que l’article MADE IN CHINA à bas prix qui pose des problèmes de santé, mais c’est bien tout le textile et le cuir fabriqués en Asie et distribués dans le monde entier, du bas au haut de gamme qui sont dangereux.

 

Le danger est supporté depuis la fabrication jusqu’aux clients, en passant par les travailleurs de la logistique et les vendeurs, et cela malgré les communications antérieures, citées plus haut. Le profit a la peau dure !

 

Dans le reportage, que nous vous recommandons de voir, on trouve une série de témoignages de victimes. Maladies pulmonaires, cutanées, cancers et autres, au nom de la rentabilité et causées par la destruction de l’industrie.

 

En France, nous avions une belle industrie de la chaussure et du textile. Aujourd’hui, à la place, nous avons des zones sinistrées.

L’importation de ces produits de pays lointains cause des problèmes de transport et c’est pour cela, entre autres, qu’ils sont traités contre l’humidité et les moisissures.

 

Il y a quelques années, Denis LANGLET (militant syndicaliste) écrivait un livre « L’INDUSTRIE DANS LA TOURMENTE DE LA FINANCE » où il démontrait le démantèlement organisé de l’industrie au profit du monde de la finance dont les LBO. Les pôles services des industries étaient revendus à des entreprises spécialisées dans le service, d’où l’augmentation de l’activité de ce secteur. Quant au reste, l’activité industrielle a été exportée pour partie. L’actualité confirme malheureusement la continuité de cette tourmente, le tout accompagné par une politique volontariste européenne et au service des financiers.

 

Aujourd’hui, l’effet boomerang est violent. Le chômage, la crise et l’empoisonnement sont au programme.

 

C’est à chaque niveau que nous devons intervenir pour faire reculer ce fléau, par la réindustrialisation, l’interdiction d’importer de la marchandise impropre à la consommation.

 

Pour nous, militants syndicalistes du Commerce, nous devons intervenir auprès des employeurs pour leur rappeler l’existence de l’article L. 4121-1 du code du travail :

 

« L’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs.

Ces mesures comprennent :

1°) Des actions de prévention des risques professionnels ;

2° Des actions d’information et de formation ;

3° La mise en place d’une organisation et de moyens adaptés.

L’employeur veille à l’adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l’amélioration des situations existantes. »

 

Alors, délégués du personnel, membres du CHSCT, remplissez vos cahiers de réclamations pour les uns et pour les autres. Cela mérite bien une réunion extraordinaire pour faire le point sur l’origine de la marchandise manipulée et voir si elle contient un des produits de la longue liste citée dans le reportage « Du poison dans nos vêtements » :

  • le diméthylfumarate (DMFU interdit en Europe, dans le cadre de la directive 98/8/CE),
  • des sels de chrome, dont le chrome hexavalent (chrome VI),
  • l’oxyde d’éthylène,
  • des métaux lourds divers et variés (aluminium, nickel, plomb, mercure…),
  • des produits à base de cyanure,
  • etc.

Pour ce faire, nous pouvons nous appuyer sur ds experts pluridisciplinaires comme TECHNOLOGIA.

Nous ne pouvons passer sous silence ce danger, que nous pouvons éradiquer en utilisant les instances, pour la santé des salariés.

 

 

Sources :

Coordonnées de TECHNOLOGIA :

42 rue de Paradis 75010 Paris
Tel. : 01 40 22 93 63
Fax : 01 40 22 06 74

_______________________________________

EN FORMAT TRACT PDF :

fichier pdf 2012-09-17 tract POISON dans nos textiles

2012-08-28-Stop-au-POISON-211x300 cuir dans Tracts et Affiches

Mots-clefs :, , , ,

A propos de syndicat FO commerce

Section du COMMERCE de la Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière. (Regroupement des syndicats du commerce non alimentaire). commerce@fecfo.fr

ENSEMBLE POUR SAINT-CLAUDE |
interlignes |
PRS Isère |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Nous n'irons plus voter
| Ségolène Présidente
| Schivardi médias 2007