Journal Employés Cadres général, Temps de Travail - Dimanche - Nuit

« Sous le SAPIN, les droits des salariés du Bricolage ont VALLSé, qu’EL KHOnnRI ! » extrait du JEC n°94

Le bilan n’est pas folichon pour les ouvertures des magasins du bricolage le dimanche. Maintenant que les grandes enseignes ont affaibli une partie de leur concurrence, que vont-elles nous inventer pour se rendre plus compétitives et gagner de la marge et des parts de marché ?

Dans ce jeu de dupes que nous avons toujours dénoncé lors de différents projets présentés pour affaiblir le droit de se reposer le dimanche, nous pouvons déjà faire le compte des quincailleries, magasins de couleurs… qui restent là où les grandes enseignes ouvrent le dimanche. Et la dernière mauvaise nouvelle, c’est le recentrage de l’activité de Mr Bricolage et l’abandon de plusieurs dizaines de magasins sur deux ans. La concurrence féroce subie par les rois de la dérèglementation du secteur fait et fera des victimes et augmentera les files d’attente à Pôle Emploi.

On peut le dire, le quinquennat de dérèglementation que nous venons de subir sous la Présidence de HOLLANDE et les gouvernements de AYRAULT à VALLS n’ont rien fait pour l’inversion de la courbe du chômage. HOLLANDE aura respecté au moins un engagement, c’est de ne pas se représenter en cas d’échec sur l’emploi. Il faut être lucide, ce n’est pas en empruntant les chaussons de son prédécesseur SARKOZY et en amplifiant les recettes des gouvernements FILLON qu’il pouvait le faire.

Moi, Président… mon bilan n’est pas terrible…

Dans le secteur du Bricolage, n’oublions pas la vedette des plateaux de télé, Jean-Claude BOURRELIER, l’homme qui s’est fait tout seul sur le dos de ses salariés.

Les élus viennent de prendre une claque (sauf ceux de FO), la direction de Bricorama vient de dénoncer les faits du prince (un usage) qui donnaient plus que le minimum conventionnel en matière de rémunération pour compenser le sacrifice du travail du dimanche.FO Bricorama

Après les avoir fait travailler dans l’illégalité et que certains sont venus manifester, devant notre Confédération, habillés en jaune (cocu pour aujourd’hui), le patron paternaliste fait les poches de ses collaborateurs. Merci Patron !

Comme il n’y a pas de petites économies, la classification n’est pas respectée dans certains de ces magasins. Un de nos militants, très impliqué, est après 16 ans d’ancienneté le plus petit salaire de sa catégorie, sans oublier les collègues arrivés bien après lui qui sont en dessous de sa catégorie et mieux payés. La FEC sera, bien entendu, derrière ses militants pour qu’ils récupèrent ce qui leur est dû.

Tout ce marasme nous donne, malheureusement, raison. La banalisation du travail du dimanche, c’est le chômage, c’est la modération salariale, c’est la répression syndicale, c’est négatif !

Il reste, ici ou là, quelques textes protecteurs. Ils sont souvent issus de négociations paritaires locales et, après accord, sont « étendus » par décret préfectoral. Ils visent à limiter les effets nocifs de la dérèglementation. C’est, entre autres, le décret parisien cité dans l’article de Roxane IDOUDI, membre du bureau de la Section fédérale du Commerce.

Ce sont ces mêmes décrets qui ont été pointés du doigt par un représentant de la FCD (Fédération des entreprises du Commerce et de la Distribution), lors d’une commission de suivi des Zones Touristiques Internationales, avec l’oreille attentive de la représentation du ministère du Travail. C’est cette même fédération qui est à la manoeuvre pour faire ouvrir les grandes surfaces alimentaires (voir article du JEC précédent « Les locomotives du Commerce nous embarquent dans la déréglementation »). (3)

Mais ne soyons pas trop négatifs… sur le site de cette fédération, ses représentants et la n°3 du gouvernement sont tout sourire pour le lancement de la 32ème collecte nationale des Banques Alimentaires. (4)

On fabrique des pauvres dans le Commerce, mais on leur donne aussi à manger. Cet esprit bien charitable doit satisfaire les deux organisations qui ont accompagné la loi Travail : la CFDT et la CFTC empruntes de valeur identique.

Les riches doivent rester riches et les pauvres doivent rester pauvres.

Une charité bien ordonnée !

FO n’en sera pas, nos valeurs sont opposées à l’asservissement des salariés, comme nous le rappelons en brandissant notre Charte, la Charte d’Amiens et « que cette déclaration est une reconnaissance de la lutte de classe, qui oppose sur le terrain économique les travailleurs en révolte contre toutes les formes d’exploitation et d’oppression, tant matérielles que morales, mises en œuvre par la classe capitaliste contre la classe ouvrière. Le Congrès précise, par les points suivants, cette affirmation théorique : dans l’oeuvre revendicatrice quotidienne, le syndicalisme poursuit la coordination des efforts ouvriers, l’accroissement du mieux-être des travailleurs par la réalisation d’améliorations immédiates, telles que la diminution des heures de travail, l’augmentation des salaires, etc. Mais cette besogne n’est qu’un côté de l’oeuvre du syndicalisme : d’une part il prépare l’émancipation intégrale,… » (5).

Cette besogne est immense, mais nécessaire. Elle passe par l’augmentation des adhésions et par la constitution de nouvelles implantations pour contrer tous les ennemis à la classe ouvrière.

 

(3) http://fecfocommerce.unblog.fr/2016/11/16/les-locomotives-du-commerce-nous-embarquent-dans-la-dereglementation-extrait-du-jec-n93/

(4) http://www.fcd.fr/qui-sommes-nous/actualites-de-la-fcd/detail/lancement-de-la-32eme-collecte-nationale-des-banques-alimentaires/

(5) Extrait de la Charte d’Amiens http://fecfocommerce.unblog.fr/resolution/charte-damiens/

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , , , ,

A propos de syndicat FO commerce

Section du COMMERCE de la Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière. (Regroupement des syndicats du commerce non alimentaire). commerce@fecfo.fr

ENSEMBLE POUR SAINT-CLAUDE |
interlignes |
PRS Isère |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nous n'irons plus voter
| Ségolène Présidente
| Schivardi médias 2007