La Revue de Presse

Chauss’Expo a le moral dans les baskets

Audincourt Chauss’Expo a le moral dans les baskets

La fermeture du magasin est prévue en décembre. Les trois salariées, âgées de 37, 54 et 60 ans, ont sensibilisé leurs clients hier matin. Un mouvement de contestation pour réclamer des conditions de départ dignes.

« ah bon, ça ferme ? Mais on va où ? », s’interroge, dépitée, une dame, tout en signant la pétition. Ce mercredi matin, les portes du magasin Chauss’Expo, à Audincourt, sont closes. Café, thé et gâteaux sont proposés aux clients qui se garent sur le parking avenue de la Révolution.

Mais l’ambiance n’est pas à la franche rigolade. Les visages sont graves. En février, les trois salariées du site (deux à 35 h, la troisième à temps partiel, 21 h) ont appris que le commerce était voué à la fermeture.

« Nous avons toutes entre seize et vingt-trois ans d’ancienneté. Au printemps, le magasin est passé en solderie. Je pensais que nous aurions un an ou deux de répit. Mais nous avons appris que la fermeture était programmée pour décembre. On a reçu un coup de massue, ce fut un choc énorme. Il nous a fallu plusieurs semaines pour nous en remettre », déclare Rachel Piovesan, la responsable.

Agnès Ferry est la plus ancienne : « J’ai fait l’ouverture en 1994, je ferai la fermeture. C’est triste… J’ai encore deux ans à tenir jusqu’à ma retraite », note la Doubienne, qui a déjà connu la fermeture du magasin Prisunic, rue de la Schliffe, à Montbéliard, il y a quelques décennies.

Seize ans d’ancienneté et… 5600 € de prime de départ

Soutenues par des collègues – du magasin de Luxeuil-les-Bains notamment- les salariées exigent des conditions de départ décentes. « On me propose 5 600€ de prime de départ. C’est ridicule. Je me suis énormément investie dans cette société, comme mes collègues. Nous voulons partir dignement », affirme Rachel Piovesan. Déléguée syndicale FO (sur le site de Luxeuil), Véronique Grillo insiste sur le financement d’un plan de reconversion : « Sur 253 magasins Chauss’Expo, 26 vont être supprimés (plus trois autres qui seront mis en vente), 88 salariés seront licenciés. Pour l’instant, la direction nous donne très peu d’informations. Ce plan social mine le moral des autres employés, qui craignent pour leur avenir ».

Joint dans la foulée, le directeur général du groupe familial Desmazières (à Lille-Lesquin), propriétaire de l’enseigne Chauss’Expo, dit comprendre les inquiétudes. « Nous sommes toujours en négociation avec les représentants du personnel. L’objectif est d’aboutir à un accord », précise Jean Petit. Selon le responsable, la fermeture des magasins les moins rentables est la seule solution pour assurer la pérennité du groupe. « Cette décision est difficile mais nous sommes confrontés à un climat fortement concurrentiel dans un contexte de guerres des prix et d’érosion des marges », est-il indiqué dans un communiqué envoyé aux médias.

À Audincourt, les trois salariés ont repris le travail en début d’après-midi. « Nos clients sont adorables, débordants de compassion, solidaires », souligne Rachel Piovesan, qui envisage avec ses collègues d’autres actions si leurs doléances ne sont pas entendues.

Aude LAMBERT

http://www.estrepublicain.fr/edition-belfort-hericourt-montbeliard/2017/05/18/chauss-expo-a-le-moral-dans-les-baskets

Mots-clefs :, , , , , , ,

A propos de syndicat FO commerce

Section du COMMERCE de la Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière. (Regroupement des syndicats du commerce non alimentaire). commerce@fecfo.fr

ENSEMBLE POUR SAINT-CLAUDE |
interlignes |
PRS Isère |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nous n'irons plus voter
| Ségolène Présidente
| Schivardi médias 2007