Journal Employés Cadres général

« On nous agresse, nous devons répondre » extrait du JEC mois de juin 2017

Ce printemps voit bourgeonner de mauvaises nouvelles qui nous laisse interrogatifs vu l’ampleur et le nombre.

Nous venons de passer un quinquennat parsemé de mauvais coups en particulier le pacte de responsabilité, le CICE, la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, dite loi Macron, la loi travail, dite loi EL KHOMRI… textes qui ont remis une série importante de nos droits pour les deux derniers et les deux premiers ont impacté notre protection sociale, nous pensions avoir atteint un sommet de recul social.

Les dernières nouvelles qui circulent dans la presse ne nous laissent aucune perspective d’amélioration. L’ex-ministre de l’économie et des finances, celui qui aura largement œuvré pour les textes cités ci-avant, fut candidat à la présidence de la République avec un programme sans ambiguïté qui annonçait qu’il continuerait son œuvre de destruction massive de nos droits.

Il est maintenant élu et les dernières révélations de la presse confirment qu’il veut respecter son programme en amplifiant la loi Travail.

Certains se contenteront des résultats électoraux pour prendre une posture de résignation ou de critique « c’est de la faute des autres« .

Ce ne sont pas des postures efficaces et qui ne nous permettront pas de faire bouger les curseurs. C’est dans ce sens que la commission exécutive élargie, qui s’est tenue à Lille, s’est prononcée.

A l’avant vieille du Congrès fédéral qui se tiendra aussi à Lille du 23 au 27 octobre, les militants du Commerce ont rappelé leur détermination face aux agressions sociales survenues sur la dernière période et aux menaces qui sont annoncées.

Une résolution (ci-après) a été rédigée dans ce sens, qui s’appuie sur celle du Conseil National de notre Fédération. Ces deux textes sont biens antérieurs aux législatives car « élections ou pas » nous devons porter nos revendications en toute indépendance. Nous devons confirmer notre rôle de contrepoids, c’est ce que nous sommes.

La dernière période fut aussi parsemée de pressions en tout genre et manœuvres pour nous intimider, nous décourager.

Entre les contestations d’entreprises telles que Conforama et Boulanger qui ont désavoué des textes qu’elles avaient signés et par conséquence nous permettaient de désigner des camarades et donc de nous développer ; un coup, les juges nous donnent raison et après une interprétation est faite en notre défaveur.

Ceci ne nous a pas empêchés de nous développer dans ces deux enseignes. La détermination reste plus forte que la malhonnêteté intellectuelle de certains employeurs qui ne respectent pas leur signature. Comment croire qu’ils vont respecter les textes qui leur sont appliqués.

D’autres rendus de jugements nous laissent perplexes et nous les avons contesté et continuerons à le faire ; comme en faisait état, FO Hebdo : « Intérêt à agir du syndicat : quand le Conseil d’Etat restreint ce droit…« . En effet, « le Conseil d’Etat restreint considérablement la capacité à agir d’une union de syndicats, même lorsqu’elle est en lien avec une question de principe, comme le respect du repos dominical, que le syndicat s’est donné pour objectif de défendre. Elle rajoute une condition au texte qui n’existait pas auparavant. » [1]

Cette attaque faite contre la FEC FO serait-elle une volonté de freiner la défense des intérêts des salariés. C’est aussi une tendance que nous avons observée aux Prud’hommes qui voient une diminution des affaires suite aux textes de l’ancien gouvernement.20170608_142902_resized_1

D’autres attaques furent encore plus frontales et personnalisées pour faire vaciller nos militants. Le dernier cas est une procédure de 4 ans où notre Déléguée Syndicale Centrale de la chaine C&A aura fait face à des attaques on ne peut plus basses et indignes. Malgré les refus de l’administration à plusieurs reprises et à différents niveaux d’accepter son licenciement, en bout de course, une représentante du ministère du Travail a autorisé son licenciement. La direction de C&A ne s’est pas fait prier et lui a envoyé le résultat de son acharnement, la lettre de licenciement. Nous aussi, nous irons jusqu’au bout pour la soutenir et continuerons à l’aider pour que justice lui soit rendue.

Nos combats sont justes car ils correspondent aux besoins des salariés. A nous de rappeler à tous les salariés que c’est notre rôle que de défendre leurs intérêts. C’est ce que nous avons su faire le 8 juin dans les rues de Lille en allant à la rencontre des salariés du Commerce du Nord. Etaient présents, des militants de toute la France, de différentes enseignes et le tout accompagné par l’Union Locale de Lille et le syndicat FO du Commerce du Nord.

Partout, nous devons en faire de même car nous devons organiser la riposte.

 

 

 

 

 

logo congres lille

 

Résolution de la Commission Exécutive de la

Section Fédérale Professionnelle du Commerce

qui s’est tenue du 8 au 9 juin à Lille

La Commission Exécutive de la Section fédérale du commerce réunie les 8 et 9 juin 2017 s’inscrit dans la résolution du Conseil National de la Fédération des Employés et Cadres FORCE OUVRIERE votée à l’unanimité le 17 mai 2017.

La CE du Commerce réaffirme son indépendance telle que définie par la charte d’Amiens et affirme qu’élection ou pas, les revendications demeurent.

La CE du Commerce ne peut que constater la remise en cause des droits des salariés et des retraités du Commerce par les gouvernements précédents et craint la continuité par le gouvernement actuel qui semblerait attendre la fin des élections législatives pour se prononcer plus clairement.

La CE du Commerce pense que l’ancien ministre du Gouvernement Valls sous la présidence Hollande et actuellement Président de la République, ne déjugera pas les contre-réformes qu’il a initiées telles que :

  • le pacte de responsabilité,
  • le CICE,
  • la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économique, dite loi Macron,
  • la loi travail, dite loi EL KHOMRI.

Les salariés du Commerce ont déjà payé un lourd tribu à cause de l’application de ces textes.

Forte des constats et analyses du Conseil National de la FEC FO et des craintes de l’aggravation de la situation sociale catastrophique, la CE du Commerce appelle tous ses militants et ses sympathisants à ouvrir la discussion avec tous les salariés du commerce pour organiser la réponse à toute attaque contre nos droits et se mobiliser pour reconquérir ce qui nous a été arraché.

 

Votée à l’unanimité

Lille, le 9 juin 2017


Mots-clefs :, , , , , , , , , , , , , , , , ,

A propos de syndicat FO commerce

Section du COMMERCE de la Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière. (Regroupement des syndicats du commerce non alimentaire). commerce@fecfo.fr

ENSEMBLE POUR SAINT-CLAUDE |
interlignes |
PRS Isère |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nous n'irons plus voter
| Ségolène Présidente
| Schivardi médias 2007