La Revue de Presse

La chute de la Grande Récré et Toys’R’Us, deux rois du jouet

Les deux enseignes spécialisées n°1 du jouet en France, la Grande Récré et Toys’R’Us, déposent le bilan. Des centaines d’emplois sont menacées.

C’est la fin d’une époque dans le monde du jouet. La Grande Récré et Toys’R’Us, les deux leaders du jouet en France connaissent un été difficile. L’un a appris mardi que son sort serait examiné en septembre, l’autre va être placé ce mercredi en redressement judiciaire. C’est ce mercredi après-midi, lors d’une audience au tribunal de commerce d’Evry (Essonne) que la filiale française du géant américain Toys’R’Us qui compte 1 200 salariés, va déposer le bilan.

LIRE AUSSI >E-commerce : les magasins de jouets ont le blues

Mardi, lors d’une audience à Paris, le groupe Ludendo (la Grande Récré, ses 252 magasins et 1 600 salariés) a appris que son avenir serait finalement éclairci le 10 septembre à l’occasion d’une nouvelle audience devant le tribunal de commerce de Paris. Pour l’instant, deux offres sont sur les rangs. Celle du PDG du groupe lui-même, Jean-Michel Grunberg, qui vise à reprendre une partie des magasins la Grande Récré. L’autre a été déposée par le groupe Fnac-Darty, qui a confirmé mardi qu’il maintenait son offre malgré son absence au tribunal.

Les deux enseignes n’ont pas su s’adapter

Comment expliquer les difficultés concomitantes de ces deux enseignes spécialisées, devenues populaires dans les années 1980 après avoir elles-mêmes détrôné les petits magasins traditionnels ? « Le marché du jouet se porte bien, les Français continuent d’acheter des consoles et des peluches mais ce sont les enseignes, et en particulier les deux n° 1, qui ne se sont pas adaptées aux mutations du secteur », explique un connaisseur du dossier.

En filigrane, donc, la concurrence d’Internet, avec le poids grandissant de Cdiscount, Amazon et consorts. Dans un marché du jouet en France qui a généré un chiffre d’affaires de 3,4 milliards d’euros en 2017. D’après le cabinet d’études spécialisé NPD Group, même si les enseignes spécialisées continuent d’écouler dans leurs magasins 41 % des jouets vendus en France, le chiffre d’affaires généré par ceux vendus sur la toile a plus que doublé depuis 2012.

Une plate-forme de distribution obsolète

« Nous subissons le poids de l’Histoire, reconnaît Jean Charreteur, le PDG de Toys’R’Us en France. Nous avons raté des opportunités en ne modernisant pas nos magasins et notre plate-forme de distribution en ligne », déplore-t-il. « Aux Etats-Unis, notre maison mère, le leader mondial périclite depuis de longues années et nous en subissons également les effets », confie aussi le dirigeant.

Objectif pour l’enseigne n° 1 de la vente de jouets en France (avec près de 10 % de part de marché) : parvenir à trouver un repreneur et éviter des licenciements en trop grand nombre. Pour l’heure, plusieurs offres ont été déposées mais une seule tient la route. Il s’agit de celle de Pierre Mestre, PDG du groupe Orchestra-Prémaman. Elle consiste à proposer dans un seul et même magasin habillement, jouets et puériculture.

163 salariés de la Grande Récré menacés

Du côté des salariés – contactés, les syndicats n’ont pas donné suite -, c’est l’inquiétude. De nombreux magasins ont déjà mis la clé sous la porte. En redressement judiciaire depuis le mois de mars, la Grande Récré doit fermer 62 magasins sur les 166 que l’enseigne détient en direct et cent soixante-trois salariés vont voir leur emploi disparaître.

« L’enseigne a beaucoup souffert des attentats terroristes en novembre 2015 et a raté le virage du digital », reconnaît un porte-parole. Les sites d’e-commerce du groupe, Avenue des Jeux, Rue des Maquettes, et Rue des Puzzles, rachetés en juin 2013, ont été mis en vente. Quant aux marques, Rue de la fête, spécialisée dans les déguisements, et Loisirs et Création, pour les articles créatifs, elles ont cessé leur activité.

 

——–

Lu sur : http://www.leparisien.fr/economie/la-chute-de-la-grande-recre-et-toys-r-us-deux-rois-du-jouet-25-07-2018-7832706.php

Mots-clefs :, , , , ,

A propos de syndicat FO commerce

Section du COMMERCE de la Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière. (Regroupement des syndicats du commerce non alimentaire). commerce@fecfo.fr

ENSEMBLE POUR SAINT-CLAUDE |
interlignes |
PRS Isère |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nous n'irons plus voter
| Ségolène Présidente
| Schivardi médias 2007